Que signifie être floriculteur ?

Le Savoir faire d'un floriculteur

Il existe dans le secteur de la pépinière, ainsi que de la floriculture et des végétaux décoratifs, diverses vocations, telles que conseiller et agent horticole, technicien et ingénieur arboriculteur, ingénieur et chercheur, manager, etc.

Les gens qui occupent le poste de pépiniériste et de floriculteur se caractérisent par le fait de posséder les aptitudes essentielles dans ce secteur et les connaissances indispensables à la pratique de cette profession. Ces savoirs ont été principalement acquis lors de la formation complémentaire à ce métier.

Pour en savoir plus sur le floriculteur, nous vous invitons à lire cet article.

Que signifient la floriculture et le floriculteur ?

Classée parmi les principales branches du jardinage amateur ou professionnel, la floriculture concerne fondamentalement la culture des plantes qui fournissent des fleurs. Il peut notamment s’agir de faire pousser des fleurs d’ornement ou des plantes à fleurs pour des aménagements floraux et des jardins.

La conception de différentes variétés de fleurs ou la réalisation de cultivars par la sélection végétale est aussi une des activités majeures des floriculteurs. Pour la fabrication de plantes herbacées ou de fleurs taillées, destinées aux fleuristes, la floriculture est essentiellement pratiquée dans des serres ou en extérieur.

Comme elles présentent un degré élevé d’homogénéité, les tubercules, ainsi que les oignons ou les fleurs issus de la floriculture, possèdent la particularité d’être des produits industrialisés quand ils sont cultivés de façon intensive dans un but économique.

Il faut aussi savoir que la personne qui exerce ce métier s’appelle un floriculteur, qui est responsable de la production, de la récolte, de la préservation des fleurs et des plantes vertes. De même, il doit s’occuper de l’entretien préalable et journalier de ces plantes. Ce métier, qui nécessite des interventions successives et des rythmes saisonniers, exige de la méticulosité, de la vigilance et beaucoup de force physique.

De quelles qualifications a-t-on besoin pour devenir floriculteur ?

Pour être floriculteur, ou même si vous souhaitez devenir horticulteur, il est préférable d’avoir un CAPA en production horticole dont la spécialité est la culture maraîchère et florale. Suite au CAPA en production horticole, il est également envisageable de se former en baccalauréat professionnel en trois ans. Vous bénéficierez par la suite d’une excellente intégration. Les professionnels de la floriculture sont principalement employés par des entreprises spécialisées dans le secteur de la floriculture.

Savoir faire d'un floriculteurLes compétences requises pour pratiquer la floriculture sont :

  • un savoir-faire technique en matière d’horticulture ;
  • les concepts de pédologie, de biologie et de physiologie des espèces florales ;
  • la maîtrise des logiciels spécialisés ;
  • le maniement et maintenance du matériel : faucheuse, motoculteur, tronçonneuse, scarificateur, etc. ;
  • des compétences de gestion et de comptabilité.

Le floriculteur se charge de la maintenance des locaux et du matériel de culture.

Bien qu’il effectue certaines de ces opérations de ses mains, de multiples méthodes sont désormais automatisées et utilisent des logiciels. Ainsi, le réchauffement, la brumisation, l’arrosage et la lumière sont, aujourd’hui, davantage régulés par des logiciels. Lorsqu’il est indépendant, le floriculteur se charge aussi des tâches administratives, commerciales et de la comptabilité de la culture.

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’activité des floriculteurs vis-à-vis de l’environnement ?

La pratique du floriculteur, comme toutes les activités de floriculture et les autres professions humaines, est susceptible de générer un effet à la fois favorable et défavorable sur l’environnement.

Quant à l’aspect bénéfique de cette pratique, on peut mentionner le fait que cela contribue à la diminution des prélèvements effectués dans la nature sur des espèces peu répandues, à exemple des orchidées.

Ainsi, ces rares espèces ont été sauvées de la disparition. Un des avantages majeurs du secteur de la floriculture est qu’il représente aujourd’hui une très importante source de travail dans de multiples pays tropicaux en cours de développement.

Concernant les aspects néfastes de la floriculture, nous pouvons citer la consommation abusive de produits phytosanitaires ou d’intrants chimiques qui auront plus tard des impacts considérables sur la santé de beaucoup de floriculteurs et sur notre environnement.

La dispersion de quelques espèces florales peut aussi être à la base d’une dégradation génétique, d’une diminution de la biodiversité, de la disparition de papillons, en particulier des abeilles ou d’autres espèces d’insectes sensibles aux insecticides. En outre, la présence de quelques serres qui demeurent très lumineuses, la nuit, peut participer à la nuisance lumineuse.

Panier
Retour en haut